La puce à l’oreille, une nouvelle expression née de l’Histoire

Il y a quelque temps que je n’ai pas écrit sur ces fameuses expressions nées de l’Histoire. C’est parce que je me concentre sur l’écriture de mon prochain roman, un policier historique. D’ailleurs, ce silence vous aura peut-être mis la puce à l’oreille.

Tiens, justement la puce à l’oreille, d’où vient cette expression qui signifie : alerter, se douter de quelque chose, ou se méfier ?

Avoir la puce à l'oreille

Au Moyen Age, avoir la puce à l’oreille avait une connotation amoureuse

Une connotation amoureuse

Eh bien figurez-vous qu’elle est apparue au XIIIe siècle et qu’à l’époque, elle n’avait pas du tout la même signification que de nos jours. Avoir la puce à l’oreille avait une connotation amoureuse. En effet, les traits de Cupidon ne démangent-ils pas à la manière des piqûres de ces petits insectes ?

« Fille qui pense à son amant absent, toute la nuit, dit-on, à la puce à l’oreille » disait encore, en son temps, Jean de la Fontaine.

De la puce au serpent

C’est au XVIIe siècle que l’expression prend une nouvelle connotation. On disait des gens inquiets, agités… comme s’ils avaient des puces, qu’ils avaient, justement, la puce à l’oreille.

Parallèlement, à cette époque, existait un autre dicton qui prétendait que lorsqu’une personne dit du mal de vous, les oreilles vous sifflent (sans doute en référence au serpent, considéré comme fourbe et qui venait vous siffler – ces serpents qui sifflent sur nos têtes – dans les oreilles).

Il est possible que ce soit le mélange de ces deux maximes qui ait, au final, donné son sens actuel à l’expression.